Catégories
Blog

Les 8 grands défis auxquels les fusions et acquisitions d'entreprises doivent faire face

Dans de nombreuses occasions, les conseillers fiscaux, sociaux et commerciaux doivent faire face à la situation où un client va procéder à une fusion ou une acquisition avec une autre entreprise . Dans ces situations, nous devons, qu’on le veuille ou non, conseiller à cette personne de prendre les meilleures décisions d’affaires; d’autant plus que l’on sait que la plupart des fusions et acquisitions qui ont lieu ont un taux d’échec élevé. Pour cette raison, nous avons créé une entrée pour discuter des défis des fusions et acquisitions d’entreprises et fournir une série de conseils.

Normalement, lorsqu’un échec survient lors de la fusion et de l’acquisition d’une entreprise, cela est dû à une mauvaise communication entre les deux et entre le conseiller ou le consultant.

Lorsque nous effectuons cette opération, nous voulons réussir; pour cette raison, nous devons être clairs, transparents et ne pas utiliser un double langage. De cette façon, nous éviterons l’incertitude comme une mauvaise arme de contrôle et même de manipulation.

1) Quelle est la différence entre fusion et acquisition? Comment choisir correctement

La fusion d’entreprises est une opération juridique qui concerne 2 ou plusieurs sociétés , impliquant l’EXTINCTION de tout ou partie d’entre elles et le INTÉGRATION de leurs partenaires et actifs respectifs dans une seule entreprise.

Par contre, l’acquisition est une opération juridique qui, contrairement à la fusion, n’implique pas l’extinction de toutes, puisque la principale reste intacte, tandis que les acquises disparaissent pour être intégrées dans l’héritage du premier. Il s’agit donc d’une absorption, où certains actionnaires d’une société ou de sa personne morale décident d’acheter les actions d’une autre société. Lors d’un achat, les actionnaires ne se joignent pas, mais changent.

On peut dire que la fusion a lieu « entre égaux » (différentes sociétés ou entités qui décident de créer une nouvelle entité, en éteignant toutes les autres); tandis que l’acquisition a lieu entre des inégaux. Le plus gros achète le plus petit.

Logiquement, puisqu’il s’agit de deux opérations différentes, il y a des scénarios différents dans chacune d’elles et ceux des conseillers en entreprise doivent observer, analyser et anticiper chacune d’elles .

Le premier défi auquel nous sommes confrontés est de choisir judicieusement lequel d’entre eux convient le mieux à la situation actuelle de l’entreprise. De nombreux aspects doivent être évalués, tels que les synergies possibles qu’ils vont avoir; choisir correctement les objectifs économiques, financiers et marketing; réaliser des projections réalistes et ne pas tomber dans un optimisme aveugle, etc. Il est donc important de contacter des professionnels du secteur , tels que Corporate finance , experts de ce type d’opérations financières.

2) Définissez un bonne communication

Dans les acquisitions et les fusions, une bonne communication doit être établie; sinon, cela peut être analysé de l’extérieur comme un mauvais processus ou une mauvaise décision et cela affectera l’image de marque de cette entreprise.

De plus, il n’est pas seulement nécessaire de rendre des comptes à nos clients potentiels; mais aussi à un élément important comme nos travailleurs, l’un des principaux éléments pour qu’une entreprise reste debout.

Normalement, les salariés de l’entreprise ignorent les raisons pour lesquelles les actionnaires ont procédé à une fusion ou une acquisition. En ne leur communiquant rien, les employés se sentent de simples chiffres dans l’entreprise. Ils n’ont aucune autorité et, généralement, ils auront le sentiment qu’ils n’ont aucune valeur pour l’entreprise pour laquelle ils travaillent.

Qui me connaît, sait que je défends qu’un travailleur heureux est un ambassadeur de marque. Si tout le monde est heureux, il y aura moins de peur et d’incertitude quant à leur travail futur et; De plus, il y aura moins de rumeurs sur ce qui va se passer.

Pour cette raison, les premiers conseils pour établir une bonne communication de l’opération et; fournir non seulement les raisons d’une fusion ou d’une acquisition, mais aussi les avantages, les avances et les nouvelles routines que ladite opération entraînera.

3) Retenue des employés

Ce défi est étroitement lié au précédent. Lorsqu’une entreprise procède à une fusion ou à une acquisition, de nombreux travailleurs recherchent d’autres emplois dans d’autres entreprises. En ne retenant pas ces employés, nombre d’entre eux doivent être réembauchés et formés aux tâches qu’ils ont accomplies.

Il est normal pour un salarié de chercher un autre emploi s’il ne dispose pas des informations nécessaires, car il sera en situation d’insécurité d’emploi et pourra se sentir trahi par ses patrons et dirigeants. Bien que la réglementation du travail oblige l’entreprise à garder les travailleurs qui sont absorbés par l’entreprise principale, il y a toujours la possibilité de les indemniser au lieu de les intégrer dans leur travail. Pour cette raison, l’insécurité est créée.

Nous savons tous qu’une fusion apporte un grand stress aux travailleurs. Cependant, si nous vous fournissons les informations nécessaires (organisation, routines de travail, maintien de vos emplois …) ces effets seront moindres.

Il est important de maintenir et de regagner la confiance des travailleurs. Par exemple, un conseil que nous pouvons donner pour ce type d’opération est que l’entreprise principale souscrive une assurance maladie ou vie pour les employés qu’elle a et ceux qui vont être embauchés. Ils verront qu’en plus du salaire ils ont un extra.

Bien que pour de nombreux employeurs, il ne soit pas d’une importance vitale de garder les mêmes travailleurs au sein du personnel, cela devrait l’être; puisqu’ils connaissent l’entreprise, ses fonctions et si elle est bien faite, les médias créeront des nouvelles moins sensationnelles sur cette entreprise.

De plus, surtout la fusion demande un effort énorme pour tous les membres et il est important qu’il y ait une relation renforcée entre les collaborateurs et que la direction soit connue pour que tout fonctionne correctement.

4 ) Défis culturels lors des fusions et acquisitions

Tant la fusion que l’acquisition répondent normalement à des besoins économiques et non culturels. Les experts en droit des sociétés savent que l’un des principaux défis dans ces affaires est de prendre en compte les différences culturelles entre les entreprises qui vont fusionner ou rejoindre une entreprise principale.

Si les deux sont situés dans le même pays ou état, il y aura peu de conflits culturels; Cependant, si l’un d’eux se trouve sur un autre territoire, les différences culturelles doivent être prises en compte.

Les experts en ressources humaines devront relever le défi de l’organisation d’une entreprise multiculturelle . Bien que cela puisse paraître simple, dans cette culture, ses valeurs et principes sont également inclus. Dans chaque entreprise, il existe une manière différente de diriger les travailleurs et de traiter les clients. Il faut maintenant unifier les deux.

Pour ces types de défis, il est important de mener des enquêtes et des sondages tant auprès de l’ensemble des salariés que des clients de l’entreprise. Une fois les résultats rassemblés, nous devrons planifier les changements. Une bonne gestion de ce défi culturel gardera les travailleurs heureux et heureux et capables de croire au nouveau projet.

Il est important de réaliser une fusion des cultures entre les entités et, pas tant, d’imposer une culture sur une autre. Eh bien, dans ce cas, nous ferions du tort à une minorité et; nous perdrions sûrement le bien que possédait l’autre société. Gardez à l’esprit que de nombreuses fusions et acquisitions sont faites pour le succès de l’autre entreprise. Par exemple, Facebook a acquis WhatsApp, mais ce dernier a connu un succès qui perdure aujourd’hui.

Que devrions nous faire?

Si une culture n’est pas imposée sur l’autre, on arrivera à ce que les troubles parmi les travailleurs soient moins ou inexistants. Sinon, nous projetterons l’idée qu’une entreprise était meilleure que l’autre, une sorte de «conquérant» devant l’autre équipe de travail qui impose désormais ses valeurs et ses principes unilatéralement.

Notre objectif doit être de créer un environnement de camaraderie, d’acceptation et de connaissance approfondie de ce que sera une nouvelle entreprise; où les employés vont tous ensemble et il y a une bonne ambiance de camaraderie.

Nous devons nous occuper du processus d’intégration des travailleurs eux-mêmes et des relations entre eux. C’est le seul moyen de sortir de cette situation complètement renforcée, qui, en principe, a été économiquement rentable, c’est pourquoi l’opération a été réalisée.

En tant que consultant en travail , je maintiens toujours qu’un travailleur heureux est un ambassadeur de l’entreprise. Pour cette raison, vous devez en prendre soin, le chouchouter et ne pas en abuser.

5) Contestation judiciaire

D’un point de vue juridique, les principales actions à entreprendre sont les suivantes:

  • Effectuer une «Due Diligence» : il s’agit d’un audit juridique qui permet d’examiner la gestion économique d’une entité afin de vérifier si elle est conforme à ce qui est établi par la loi ou la coutume.
  • Réaliser un audit social : la situation de l’entreprise ayant évolué, il est indispensable de réaliser un audit social de mettre à jour les contrats de travail et la rémunération variable sous réserve de leur réalisation.
  • Adapter les statuts de la société à la nouvelle constitution ou à la nouvelle création de sociétés.
  • Préparer un protocole de détermination des synergies .
  • Effectuer un reclassement : processus de travail qui consiste en la relocalisation ou la relocalisation d’une partie du personnel de l’organisation dans d’autres entreprises, selon votre profil professionnel et votre projet Carrière n.
  • Mettre à jour la gestion requise par la loi Protection des données et prévention des risques professionnels .
  • Revoir les contrats commerciaux et civils avec les fournisseurs, collaborateurs, compagnies d’assurance …

Comme on peut le voir, il y a de nombreux aspects à prendre en compte dans ce type d’opérations, il est donc extrêmement important d’avoir des conseils juridiques pour réaliser toutes ces opérations que nous avons listé.

6) Développer une nouvelle stratégie marketing

Lorsqu’une acquisition ou une fusion est réalisée, il est également très important de prendre soin de l’image de la marque (qu’elle soit nouvelle dans la fusion ou déjà créée dans l’acquisition) pour projeter une bonne image à l’extérieur de l’entreprise.

Logiquement, il est recommandé de prendre en charge les aspects internes avant les externes, mais vraiment de Les deux sont étroitement liés. Un travailleur mécontent va générer des canulars et des rumeurs tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise; tandis qu’un employé heureux et satisfait réduira toutes les incertitudes. Dans les deux cas, ils seront infectés par ce qui est communiqué par les médias, les réseaux sociaux …

Pour cette raison, il est bon de développer simultanément une bonne stratégie de communication à l’étranger. Devoir se projeter surtout dans ces secteurs:

  • 1) Réseaux sociaux.
  • 2) Journaux.
  • 3) Site Web de l’entreprise

Sachez que chaque entreprise vit de ses clients. Nous pouvons avoir des travailleurs et des gestionnaires heureux, mais si les consommateurs des produits ou services sont négligés, tôt ou tard, la nouvelle entité fera faillite.

7) La formation du personnel est-elle nécessaire?

Avec autant de changements organisationnels, il est possible que les membres des ressources humaines doivent évaluer si, pour les nouvelles fonctions de l’entreprise, les travailleurs doivent être formés à un certain niveau.

Selon le statut des travailleurs, l’entreprise est tenue de former ses travailleurs en cas de modification de la production et de l’organisation de l’entreprise.

8) Nouveaux défis financiers et fiscaux pour les fusions et acquisitions d’entreprises

Pour conclure cette section, il convient également de mentionner qu’un défi des fusions ou acquisitions d’entreprises est de garder une bonne maîtrise des finances.

Les conseillers fiscaux et financiers de l’entreprise devront optimiser correctement les ressources financières et économiques de la nouvelle situation de l’entreprise. Pour ce faire, ils devront établir le bilan, ainsi que les profits et pertes et; Analyser à la fois les informations comptables avec celles déjà existantes avant la fusion ou l’acquisition pour trouver de nouvelles solutions économiques et financières.

Ces deux services devront assurer la gestion financière, qui est le processus par lequel une entreprise ou une entreprise est analysée; afin de faciliter la prise de décision de ce projet pour augmenter la valeur de cette entité: planifier, exécuter et analyser les finances d’une entreprise.

N’oubliez pas que dans un article de blog, il est difficile de synthétiser tous les conseils pour les fusions et acquisitions d’entreprises. De plus, cela est impossible car les conseils varieront en fonction de la situation commerciale des entités à fusionner ou acquérir, ainsi que de la situation des associés ou actionnaires. Pour cette raison, il est conseillé de se tourner vers un expert en conseil aux entreprises afin qu’il puisse vous conseiller tout au long du processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *